04 février 2016

ISLE MAURICE - APRÈS TROIS SAISONS D'ACTIVITÉS : Le chant du cygne pour l'USBBRH féminin ?


  • Considérant cette formation de gouffre financier, les dirigeants auraient cessé de soutenir le champion 2014
  • Malgré les conditions difficiles, cette formation compte bien boucler le championnat et remporter un deuxième titre de champion de Maurice
L'histoire de la formation féminine de basket-ball de l'Union Sportive de Beau-Bassin/Rose-Hill (USBBRH) est tout simplement invraisemblable. Premier au classement après un sans-faute en trois sorties, les dirigeants du club omnisports ont pris la décision de se retirer du basket-ball féminin, considérant cette formation de gouffre financier ! La décision a même été annoncée aux joueuses et entraîneurs récemment. Malgré un manque de soutien évident, dit-on, de la direction de l'USBBRH, les joueuses ont décidé de poursuivre la saison et comptent bien se battre jusqu'au bout pour décrocher un deuxième titre de champion de Maurice après celle de 2014. A noter que le deuxième tour du championnat reprend aujourd'hui et la formation des villes soeurs sera opposée à celle de Malherbes Harlems à 14h, au gymnase de Phoenix.
En 2014 justement, l'USBBRH lança son équipe féminine de basket-ball. Une première participation couronnée par un premier titre de champion de Maurice avant l'exploit de devenir ensuite le premier club – hommes et dames confondus - à s'imposer lors d'une Coupe des Clubs de l'océan Indien, tenue aux Seychelles. Deuxième en 2015, l'USBBRH est bien partie pour remporter un nouveau titre national. Malheureusement, un imprévu est venu compliquer les choses avec cette décision du club de se retirer lors de la prochaine saison. La raison évoquée : trop de dépenses ! Ce qui n'a pas manqué d'alimenter les commentaires dans la mesure où certains se demandent de quelles dépenses les dirigeants parlent-ils.
Car pour nombreux, cela fait plusieurs mois que l'équipe de basket-ball n'est plus soutenue par la direction. Et si les joueuses ont pu poursuivre leur préparation, c'est grâce, a-t-on précisé, au soutien d'un membre en particulier qui, par son investissement personnel, a permis à cette équipe de continuer à exister. Las, toutefois, de se heurter constamment à un mur au sein de la direction, il nous revient que ce membre a finalement décidé de jeter l'éponge. Cela fait que le nombre de séance d'entraînement a drastiquement diminué chutant à une séance seulement par semaine !
Frais d'affiliation finalement réglés
On avance même qu'il y a un mois, les joueuses et entraîneurs se sont retrouvés livrés à eux-mêmes après une séance du soir. Aucun arrangement n'avait été fait pour le transport de retour ! C'est toujours ce même membre, aidé par un ancien dirigeant, qui a véhiculé les joueuses chez elles, alors que le téléphone d'un autre membre influent était éteint ! Une source proche de cette équipe a indiqué que, non seulement le groupe ne bénéficie pas de soutien financier, mais que les dirigeants brillent souvent par leurs absences aux entraînements et aux matches de championnats. En revanche, a-t-on remarqué, les frais d'affiliations ont été finalement payés, tout comme les frais de participation à la Coupe de la République.
Avec les nouvelles donnes, les joueuses ont décidé de poursuivre l'aventure avec, pour objectif, de remporter un deuxième titre de champion pour l'honneur. D'un commun accord, il nous revient que ces dernières, aussi bien que les entraîneurs, prendront une décision quant à la marche à suivre pour la saison prochaine. Car pour les joueuses, il est impensable de laisser disparaître cette équipe au sein de laquelle, dit-on, règne une ambiance familiale. Il n'est donc pas envisagé, pour le moment, que ces joueuses aillent défendre les couleurs d'autres clubs, la saison prochaine, sans avoir essayé de trouver une solution durable pour rester toutes ensemble.