23 juillet 2014

MALI : Play off : LE STADE MALIEN RETROUVE SES SENSATIONS AU BON MOMENT


PHOTO UNESous la houlette de l’international Abdrahamane Maïga auteur de 26 points, les Blancs ont déroulé face à l’AS Police (79-56) dans le match N°4, une victoire synonyme de sacre pour les protégés du coach Kaba Kanté
C’est fait ! Les basketteurs du Stade malien ont repris la couronne de champion du Mali. Lundi, les Blancs ont dominé 79-56 l’AS Police dans le match N°4 des play off, un succès synonyme de sacre pour l’équipe qui avait remporté les deux premières rencontres. Après avoir perdu le titre la saison dernière, les Stadistes retrouvent donc le sommet et peuvent désormais viser le doublé championnat-coupe du Mali. Pour cette quatrième journée les Blancs ont réalisé le match presque parfait et n’ont laissé aucun doute sur leur supériorité. En atteste le score de la rencontre : 79-56, soit 23 points de différence. Le choc annoncé n’a donc pas eu lieu, le Stade malien est apparu trop fort pour une AS Police plus physique mais sans génie. C’est avec le plein de confiance que les joueurs du coach Kaba Kanté ont abordé la rencontre. L’objectif des Stadistes était clair : reconquérir le titre de champion perdu la saison dernière, alors que les Policiers voulaient coûte que coûte gagner pour égaliser à 2-2 et relancer les débats. D’entrée de jeu, les deux managers, Moussa Sogoré et Kaba Kanté affichent leurs ambitions en lançant chacun leurs cinq majeurs dans le bain. D’un côté, les Policiers rêvaient de revanche face à leurs bourreaux traditionnels en championnat alors que de l’autre, les Stadistes semblaient blessés dans leur orgueil par la défaite de la troisième journée. Tous les ingrédients étaient donc réunis pour une belle empoignade entre les deux protagonistes mais très vite, les supporters de l’AS Police se rendront à l’évidence. Les Blancs étaient trop forts et c’était impossible de stopper les protégés de Kaba Kanté. Pourtant au premier quart temps l’AS Police menait (18-10). Mais le début du 2è quart temps sera difficile pour l’AS Police qui passe plus de 5 minutes sans marquer le moindre point, mais à la pause, le score était de 30-26. A la reprise, alors que tout le monde attendait à un sursaut d’orgueil des Policiers, ce sont les Blancs qui vont continuer à dérouler, tuant définitivement le suspense au terme du troisième quart temps bouclé sur le score de 57-42. Ainsi, le dernier quart temps ne sera qu’une simple formalité pour les protégés de Kaba Kanté qui s’imposent au finish 79-56 face à des Policiers complètement dépassés par la tournure des événements. Pour cet ultime quart temps, les Moussa Koné, Boubacar F. Sidibé, Fodé Kanté et Abdrahamane Maïga gratifieront la salle de quelques paniers spectaculaires comme ils savent le faire lorsque l’équipe tourne à plein régime. Meilleur marqueur avec 26 points contre 18 pour son coéquipier Moussa Koné et 14 pour Boubacar F. Sidibé, l’international Abdrahamane Maïga a illuminé la rencontre par sa belle prestation. Sa force de pénétration et son efficacité sur les shoots à distance (plus de 6 dont 4 en seconde période) ont fait merveille. Jamais on n’avait vu le sociétaire du Stade malien aussi éblouissant et sûr de lui même sur le plancher. Au final, il a sorti le meilleur match de sa saison avec 26 points, 12 passes et 6 rebonds, soit 3 offensifs et autant de rebonds défensifs. «J’ai pris les choses en main parce que mon équipe avait vraiment besoin de ça. J’ai essayé de donner le meilleur de moi-même», commentera l’intéressé. Le meneur du Stade rendra ensuite hommage au coach Kaba Kanté, un homme qui, dira-t-il «a joué un grand rôle dans ma carrière». De son côté, le technicien stadiste soulignera la belle prestation d’Abdrahamane Maïga, insistant notamment sur le travail offensif et défensif du joueur. «Il Abdrahamane Maïga, ndlr) a vraiment réalisé un grand match. Il n’a pas seulement marqué des points, il a bien défendu, délivré des passes et apporté toute son énergie à l’équipe ce qui nous a manqué lors de la troisième journée», dira Kaba Kanté, avant d’annoncer son départ du Stade malien dans les jours à venir. «Aujourd’hui je suis un homme heureux. Je pense que le Stade malien mérite ce titre après avoir obtenu le trophée de meilleure équipe du Top 12. C’est ce titre qui me manquait avec le Stade malien, j’ai construit cette équipe en 2006 avant de la quitter quelques années plus tard. Si aujourd’hui je suis à nouveau champion avec les mêmes joueurs je ne peux remercier le bon Dieu. Mais je n’ai pas l’intention de poursuivre l’aventure, mon avenir se trouve désormais du côté de l’équipe nationale junior (garçons, ndlr) qui doit participer à l’Afrobasket en fin du mois. Dès aujourd’hui (lundi, ndlr) je vais rencontrer le président du Stade et j’espère qu’on trouvera un accord à l’amiable», a confié Kaba Kanté.

22 juillet 2014

TUNISIE : EQUIPE NATIONALE

Chantiers…

 Rajeunissement ou pas, style de jeu et ossature, la sélection a un an pour se décider
Le prochain championnat d’Afrique des nations que l’on organisera en Tunisie va être un moment décisif pour la sélection et pour le basket tunisien. Cela fait un long bail que l’on attend cela. Pratiquement une vingtaine d’années que les différents bureaux fédéraux ont essayé de convaincre l’instance continentale d’accorder le droit d’organisation à la Tunisie. A chaque fois, il y avait quelque chose qui bloquait le dossier tunisien. Il a fallu attendre des années et des années pour voir le rêve se réaliser. Tant mieux. D’autant que ça coïncide avec l’amélioration des résultats de la sélection. De 2008 à 2012, cette équipe de Tunisie a eu de très bons résultats africains et arabes avec une génération de joueurs de qualité, bien encadrés et qui ont dominé l’Afrique en 2011. La participation au Mondial 2010 et aux JO de Londres  a permis à la sélection de briller et de passer à une discipline de titres après avoir été, pendant des années, une discipline fantoche!
L’effondrement de la sélection dans le dernier championnat d’Afrique 2013 change-t-il le raisonnement? Oui et non, à notre avis. L’élimination précoce et la mauvaise prestation du cinq tunisien (classé 9e) ont mis fin à l’élan de la sélection et a brisé l’image qu’on avait de lui (une équipe difficile à battre et qui évolue en rouleau compresseur). Mais quand on voit la liste des joueurs (anciens et nouveaux), et quand on voit le niveau de nos concurrents, on peut dire facilement que nous avons une sélection compétitive ayant encore des atouts. Cela veut-il dire que tout va bien et que l’actuelle sélection, qui hérite d’un mauvais bilan au dernier championnat d’Afrique, va être capable de l’emporter chez elle et de reconquérir son bien? D’après les derniers stages et au vu de la derrière saison, on pense que   des chantiers (des questions) sont ouverts. Une des causes qui expliquent cela, la diversité des solutions et l’amélioration du niveau de quelques joueurs de l’ombre qui ont pris des plumes, contre des cadres qui ont fléchi.

Jeunes ou anciens?
L’âge n’a pas de lien avec la performance en sport. Mais avouez qu’en sélection de basket, deux générations cohabitent. Les anciens qui ont commencé en 2007 et qui ont vu les beaux et les mauvais jours comme Slimène, Kechrid, Rezig, Ghayaza, Hadidane ou Kenioua; il y a aussi les nouveaux jeunes qui ont brillé la saison dernière, montrant de belles choses comme Abassi, Abada, Sayeh, Lahyani ou Jaziri. Des places chères, nous en sommes convaincus. Il va y avoir un dur arbitrage entre l’expérience et la connaissance des grands tournois et l’ambition et l’énergie juvéniles. Une chose est sûre : il y a quelques anciens joueurs qui n’ont plus leur place en sélection.
Expatriés…
On ne parle pas de Méjri, qui est un cran au-dessus de tout le monde, mais on parle de noms qu’on nous balance depuis des années sans qu’ils débarquent en sélection. Cette année, va-t-on cibler des joueurs tunisiens qui évoluent en Europe et qui   n’ont jamais mis les pieds en sélection? Avec le risque de perturber la vie quotidienne de la sélection.

Quel style de jeu ?
Une année nous sépare du jour J. On peut parler du profil et du style de jeu de la sélection qui se sont basés, pour des années, sur le jeu en mouvement, les contres, la transition, l’adresse des extérieurs et sur le bloc-défense (profil des joueurs oblige). Mais l’arrivée d’un certain Salah Méjri et la progression fulgurante de Makram Ben Romdhane, sans oublier la bonne marge de Abassi et Lahyani, entre autres, donnent plus de poids au jeu intérieur et au basket des rebonds et des duels musclés sous le panneau.
Il y a encore d’autres chantiers, tels que le contenu de la préparation, le nom des sparring-partners, l’ouverture de la sélection sur son entourage, la gestion de Salah Méjri dans le groupe. Bref, ça va être du lourd comme chantiers. Ça demande beaucoup de cran et de délicatesse pour gérer tout cela.
Auteur : R. EL HERGUEM

MALI : Play off : DJOLIBA DAMES, LA FIN DE QUATRE ANS DE DISETTE

PHOTO UNELes Rouges ont été sacrées championnes du Mali à l’issue de la troisième journée et d’une large victoire 58-34 face au Réal qui n’a pas fait le poids. Chez les Messieurs en revanche, le suspense reste entier entre le Stade malien et l’AS Police avec toutefois un léger avantage aux Blancs de Bamako qui mènent 2-1
Le Djoliba Dames confirme son retour en puissance. Dimanche, l’équipe du complexe sportif de Hérémakono a remporté le titre de champion du Mali en signant une troisième victoire d’affilée face au Réal. Les play off avaient commencé jeudi dernier et d’entrée de jeu, les Rouges avaient affiché leurs ambitions en dominant leurs adversaires sur le score de 47-40. 24h plus tard, la capitaine Aminata Sissoko et ses coéquipières remettront ça devant des Réalistes surclassées 48-34. Visiblement en grande forme, les Djolibistes ne laisseront pas traîner les choses longtemps lors de la troisième journée, infligeant un cinglant 58-34 aux pensionnaires de Djicoroni-Para, soit 24 points d’écart. Le Djoliba Dames renoue ainsi avec le titre suprême après quatre années de disette et représentera le Mali à la prochaine coupe d’Afrique des clubs.
L’équipe du technicien Amadou Bamba s’est appuyée sur trois choses pendant ces play off : une bonne défense, une bonne récupération au niveau des rebonds défensifs et offensifs et l’adresse des pivots Aminata F. Traoré et Ténimba Sanogo. Les Rouges n’ont pas eu besoin de forcer leur talent pour dicter leur loi devant des Réalistes qui ont passé plus de temps à contester les décisions des arbitres qu’à jouer. L’équipe est apparue fébrile en défense et a manqué d’application dans les moments cruciaux. L’absence du pivot Aïssata Dembélé et le faible rendement des meneuses Tata Coulibaly et M’Bamakan Kanouté ont également fragilisé l’équipe de Djicoroni-Para.
Mais disons-le sans détours, les lacunes étalées par le Réal n’enlèvent rien au mérite du Djoliba et de son entraîneur, Amadou Bamba qui remporte ainsi son premier titre avec les Rouges. Pourtant les supporters ne croyaient pas au technicien quant il succéda à Mohamed Salia Maïga. Mais Amadou Bamba a surpris son monde en construisant une nouvelle équipe autour des cadettes et des juniors. Dimanche la vague jeune du Djoliba a terminé les play off en beauté et n’a pas donné le temps au Réal de se relancer. La partie a démarré de façon timide. Après 8 minutes de jeu le score était de 9-3 pour le Djoliba. A l’issue du quart temps initial les Rouges porteront le score à 19-6.
Le 2è quart temps sera plus animé. Mais malgré les bonnes intentions affichées par leurs adversaires, Djénéba N’Diaye et ses partenaires gardent la main sur la partie et regagnent les vestiaires avec 19 points d’écart (30-11). C’est dire que les Réalistes n’ont marqué que 5 points au deuxième quart temps. A la reprise le Réal se réveille et hausse son niveau de jeu. Sous l’impulsion d’Aminata Keïta (meilleure marqueuse du match avec 21 points ndlr), l’équipe de Djicoroni-Para montre un autre visage. Dans les gradins, les supporters réalistes explosent de joie.
Mais l’euphorie du Réal sera de courte durée et c’est fort logiquement que le Djoliba s’imposera 58-34, soit 24 points de différence. «Aujourd’hui je suis un homme comblé parce que c’est mon premier titre de champion du Mali en temps qu’entraîneur du Djoliba, commentera Amadou Bamba. «Maintenant mon objectif c’est la Coupe du Mali, si les filles continuent sur cette lancée rien ne nous empêchera de réaliser le doublé. Nous dédions ce titre à tous les supporters du Djoliba qui nous ont soutenus pendant tout le tournoi», ajoutera le technicien.
Chez les Messieurs les play off continuent et il faudra encore patienter avant de savoir qui du Stade malien ou de l’AS Police remportera le titre de champion du Mali. Après trois journées de compétition, les Blancs mènent 2-1 au score et n’ont plus besoin que d’une seule victoire pour être sacrés. Après leurs succès lors des deux premières journées, on pensait que les joueurs de Kaba Kanté allaient achever le travail jeudi dernier comme l’ont fait les Djolibistes. Mais contre toute attente les Stadistes sont tombés lors de la troisième journée, victime de l’AS Police qui s’est imposée 78-69. Les Policiers relancent donc les débats et tout est désormais possible entre les deux protagonistes. Ce ne sont pas les Réalistes qui diront le contraire, eux qui avaient gagné les deux premiers matches en 2012 pour ensuite se faire coiffer au poteau d’arrivée par le Stade malien. Les Stadistes sont donc avertis.

D. COULIBALY

LES RESULATS
Chez les Dames
1ère journée
Djoliba-Réal : 47-40
2è journée
Réal-Djoliba : 34-48
3è journée
Djoliba-Réal : 58-34
Chez les Messieurs
1ère journée
Stade malien- AS Police : 55-47
2è journée
AS Police – Stade malien : 58-77
3è journée
Stade malien – AS Police : 69-78

19 juillet 2014

TUNISIE : Championnat arabe (U18).. La Tunisie à l’assaut de l’Algérie

Championnat arabe (U18).. La Tunisie à l’assaut de l’Algérie
Les juniors U18 se sont déplacés au Caire  pour participer au championnat arabe des nations en Egypte du 17 au 25 juillet. Le coach Sofiene Mrabet a convoqué douze joueurs pour cette joute. Il s’agit de Fedi Dallai (CAK)  Monoem Siltani (CSHL) Jawhar Jawadi , Firas Fatnassi (JSK) Mahmoud Hajri (ESG) Ghassen Mahdoub (USA) Hassen Jendoubi (CA) Achraf Gannouni (ESR) Younes Saidani (Freibourg) et Abdelaziz Hédidane (France) Après l’Egypte B et l’Arabie Saoudite. Nos internationaux  donneront la réplique  demain 20 juillet  aux algériens. Ils rencontreront mercredi 23 juillet la Libye et clôtureront leur premier tour le jeudi contre l’Egypte A
La Tunisie (U18) qualifiée à l’Afrobasket 2014
La Tunisie s’est qualifiée  pour la phase finale du championnat d’Afrique des nations masculin de moins 18 ans qui se tiendra du 1er au 10 Août 2014 à Antananarivo, Madagascar.Nos internationaux rejoignent   ainsi Madagascar (pays organisateur), le Sénégal (champion en titre), la Côte d’Ivoire (vice-championne en 2012), l’Egypte (médaille de bronze en 2012), le Mali (Classé 4ème en 2012) l’Ouganda (Zone V) Médaillée de bronze en 1977 en Egypte et vice-championne en 2010 au Rwanda, la Tunisie sera à sa 6ème participation dans ce tournoi.
Ghosni Ouannes à la J S Manazah
La JSManazah vient de confier son équipe senior à Ghosni Ouannes après le départ de Slim Rajhi  
Bousselem à Radès 
L’ESGoulette prise en charge par Ryadh Ben Abdallah enregistrera le départ de Farouk Bousselem à l’ESRadés qui voudrait  aussi bénéficier des services de Mokhtar Ghayaza  
Kamel Bouaouina

MALI : Play off : LE REAL ET L’AS POLICE DEFIENT LE DJOLIBA ET LE STADE MALIEN


basketLa phase play off du championnat national démarre aujourd’hui au Palais des sports de l’ACI 2000. En Dames le Réal affronte le Djoliba et en Messieurs, l’AS Police s’explique avec le Stade malien. Comme lors des précédentes éditions, la partie se jouera au meilleur des cinq matches. Autrement dit, l’équipe qui totalisera trois victoires sera sacrée championne du Mali. Contrairement aux précédents exercices, aucune équipe n’est présente sur les deux fronts, ce qui revient à dire que quels que soient les résultats, il n y aura pas de «doublé» cette année. Chez les Dames le Réal sera face au grand favori du tournoi, le Djoliba. Une fois encore, les retrouvailles entre les deux équipes promettent du spectacle avec toutefois un léger avantage pour les Djolibistes, battant au passage le Réal.
L’objectif du Djoliba est de récupérer un titre qu’il n’a plus remporté depuis quatre saisons, tandis que le Réal a à cœur de confirmer sa montée en puissance et prouver que son succès contre l’USFAS n’est pas un hasard. Le Djoliba dispose d’un effectif plus étoffé avec des individualités qu’on ne présente plus : Mariam Maïga, Penda Touré, Aminata F. Traoré et l’internationale cadette, Djeneba N’Diaye qui vient de participer aux 3è championnats du monde avec la sélection nationale. La présence sur le banc du coach Amadou Bamba constitue également un atout pour les Rouges.
Le Réal sera également conduit par un grand stratège, Séga Kanouté. L’ancien international connaît le Djoliba mieux que quiconque et a dû préparer ces Paly off avec la plus grande rigueur. L’équipe réaliste pourra également compter sur l’expérience du duo Bamakan Kanouté-Aïssata Dembélé qui a émerveillé les supporters lors du Top 12. Si elles évoluent à leur meilleur niveau, les deux joueuses sont capables de faire basculer un match et pourquoi pas dès cette première journée. Interrogé, un responsable du Réal a martelé que le championnat reste l’objectif principal du club et que le Djoliba ne lui fait pas peur. «Depuis son arrivée à la tête du club, Séga Kanouté a renforcé son effectif par les jeunes issues du centre de formation. Cette vague jeune est en pleine forme et a prouvé qu’elle peut rivaliser avec l’élite lors du Top 12 du championnat. Notre objectif majeur est le championnat cette année. Je fais confiance aux filles et je suis sûr qu’elles joueront sans complexe face au Djoliba», ajoutera notre interlocuteur.
La finale masculine promet également des étincelles avec d’un côté le Stade malien, sans doute la meilleure équipe du pays depuis cinq ans et de l’autre, l’AS Police, l’une des révélations de la saison. Les Stadistes n’ont pas encore digéré leur échec de la saison écoulée et ne jurent que par le titre, alors que les Policiers rêvent eux aussi d’écrire leur propre histoire cette année. Pour le Stade malien tout dépendra de la prestation du fer de lance de l’équipe Boubacar Sidibé étincellent lors de la phase du Top 12. Si ce dernier retrouve toutes ses sensations, nul doute qu’il a les moyens de conduire son équipe vers le sacre. Mais si l’inspirateur du jeu stadiste flanche comme ce fut le cas lors de la finale du Top 12, les Policiers peuvent parfaitement déjouer les pronostics. Les paris sont donc ouverts !
D. COULIBALY

16 juillet 2014

MALI : Coupe du Mali : LE DEBO DE MOPTI DANS LE DERNIER CARRE

DEBOLes quart de finales de la coupe du Mali ont débuté dimanche au Pavillon des sports du stade Modibo Keïta. Au total, quatre rencontres étaient au programme mais le match USFAS-Débo club n’a pu se dérouler en raison de la suspension de l’équipe militaire. Les joueurs de la 5è Région se sont donc qualifiés sur tapis vert et disputeront les demi-finales. Exceptée donc l’USFAS désormais hors course pour les deux compétitions majeures, à savoir le championnat national et la coupe du Mali (les militaires ont été suspendus trois mois par la Fédération malienne de basket-ball, suite aux incidents qui ont émaillé leur rencontre contre l’AS Police, ndlr) tous les favoris ont validé leur ticket pour le dernier carré. La Commune III et Atar ont dominé, respectivement l’USM et le Sonni de Gao chez les filles, tandis que le CBD a écarté l’AFPSS de Gao. En revanche, l’équipe féminine de l’USM est tombée face à la Commune III, ce qui constitue une petite surprise. Les championnes régionales c’est à dire Atar club de Kidal n’ont rencontré aucune difficulté pour venir à bout du Sonni de Gao étrillé 87-35. Les joueuses de Mohamed Salia Maïga ont dominé leur sujet de bout en bout et n’ont laissé aucun doute sur leur suprématie. Autre rencontre, autre réalité, la Commune III a également surpris son monde en éliminant l’USM au terme d’une rencontre âprement disputée. Les Communardes ont été bousculées pendant de longues minutes par leurs adversaires mais au finish, elles se sont imposées 79-66, soit seulement 13 points de différence. Dans cette rencontre c’est surtout l’expérience des joueuses de la Commune III qui leur a permis de se qualifier pour le dernier carré. La partie avait bien commencé pour l’équipe de Koutiala qui entamera le match le pied au plancher et qui fera la course en tête jusqu’à la pause. Mais dans les deux derniers quarts temps, les Koutialaises vont commencer à flancher, permettant ainsi à leurs adversaires de refaire leur retard, avant de les coiffer au poteau d’arrivée. Score final : 79-66 pour les Communardes. Les autres rencontres ont été reportées à une date ultérieure. Il s’agit des matches CASS-Stade malien, Attar club-AS Police, Djoliba-USFAS et Fasso Kanu-Stade malien.
D. COULIBALY
LES RESULTATS
Chez les dames Attar club-Sonni : 87-35 Commune III-USM : 79-66 Chez les hommes CBD-AFPSS : 120-60

14 juillet 2014

2014 FIBA Africa U18 Women (Eliminatoires Zone 3) – La Côte d’Ivoire remporte la manche aller

La Côte d’ivoire a battu le Burkina faso sur le score de 48 à 16 ce dimanche 13 juillet 2014 dans le match aller comptant pour les éliminatoires de la zone III du championnat d’Afrique des nations féminin des moins de 18 ans.
Emmenée par Bognigni Irène, meilleure marqueuse du match avec 14 points, la sélection junior ivoirienne a dominé le match de bout en bout, empêchant son homologue burkinabé d’inscrire le moindre panier dans le premier quart qui se termine sur le score de 12 à 0.
Les deux équipes vont se neutraliser dans le deuxième quart (6 à 6) pour atteindre la mi-temps sur le score de 18 à 6 en faveur de la Côte d’Ivoire.
La côte d’ivoire, très agressive en défense va gagner le 3ème quart 11 à 5 avant de terminer très fort dans le dernier quart 19 à 5 avec une adresse retrouvée dans les tirs à 2 points.
Les ivoiriennes s’imposent 48 à 16 et se retrouve désormais à un match de la qualification.
Le match retour se jouera le lundi 14 juillet 2014 à 18 heures au Hall des sports de Treichville, Abidjan, Côte d’Ivoire.

MALI : PLAY OFF, LE DJOLIBA ET L’AS POLICE MARQUENT DES POINTS

La phase Top12 du championnat national a pris fin vendredi avec les deux dernières rencontres qui ont opposé le Djoliba et le Réal en Dames et l’AS Police et le Stade malien en Messieurs. Pour la première confrontation, les Rouges ont facilement dominé les Réalistes 75-40, tandis que le choc AS Police-Stade malien a tourné à l’avantage des Policiers qui se sont imposés sur le fil 63-60. Chez les Dames, le vice champion n’a donc pas eu besoin de forcer son talent pour dicter sa loi devant une courageuse formation du Réal. Dès le premier quart temps les Rouges afficheront leurs ambitions en prenant la direction des opérations. Sans surprise, Mariam Maïga et ses partenaires bouclent le quart temps initial 23-11. Au second quart temps, les joueuses de Séga Kanouté vont essayer de sortir la tête de l’eau mais sans succès. Au contraire, c’est le Djoliba qui enfoncera le clou en portant le score à 46-20. Malgré la volonté des Réalistes de renverser la situation, ce sont les joueuses du coach Amadou Bamba qui poursuivent sur leur lancée au retour des vestiaires. Celles-ci dominent le troisième quart temps 62-27, avant de terminer en roue libre face à des Réalistes complètement dépassées par la tournure des événements. Score final : 75-40, soit 35 points de différence. Les Djolibistes prennent ainsi l’ascendance psychologique sur leurs adversaires dans la perspective des Play off qui démarrent jeudi au Palais des sports de l’ACI 2000. Chez les Messieurs en revanche, le suspens a duré jusqu’au coup de sifflet final entre l’AS Police et le Stade malien. Les deux équipes sont restées au coude au coude pendant presque toute la rencontre et il faudra attendre les dernières secondes pour voir l’AS Police faire la différence. Le premier quart temps s’est soldé sur le score de parité 16-16. Le deuxième quart temps tourne à l’avantage de l’AS Police qui l’emporte 32-29 soit 3 points d’écart. Blessé dans son orgueil, le Stade malien réagit au troisième quart temps en recollant au score, avant de s’imposer d’une courte tête 49-48. Mais sous la houlette de son pivot Moussa Mara inarrêtable, l’AS Police sort le grand jeu dans le quart temps décisif et dicte sa loi 63-60. Les retrouvailles entre les deux protagonistes s’annoncent chaudes pour les Play off. 24h avant cette dernière journée du Top 12, la commission technique de la Fédération malienne de basket-ball s’était penchée sur le litige entre l’AS Police et l’USFAS. Comme il fallait s’y attendre, l’instance dirigeante du basket-ball national n’est pas allée avec le dos de la cuillère avec l’équipe militaire qui a écopé d’une suspension de trois mois assiortie d’une amende d’un million de F cfa. La sanction de la fédération fait suite aux incidents qui avaient émaillé la rencontre AS Police-USFAS, comptant pour l’avant dernière journée du Top 12. On s’en souvient, lors de cette rencontre, les militaires avaient quitté le plancher pour protester contre l’arbitrage qu’ils jugeaient partial (les ¨Policiers menaient alors au tableau d’affichage). Avec cette sanction, l’USFAS se retrouve également out pour la coupe du Mali qui se disputera après le championnat.
D. COULIBALY